• China
  • Egypt
  • India
  • Iraq
  • Jordan
  • Pakistan
  • Poland
  • Portugal
  • Somalia
  • Sudan
  • Syria

Admissibilite aux services et aux soutiens

Les SOPDI utilisent tous la même définition et le même processus de confirmation d’admissibilité à l’échelle provinciale. Ce processus vise à documenter l’âge, le lieu de résidence, et la déficience sur le plan du développement. Les SOPDI confirment l’admissibilité aux services et soutiens pour tous les adultes; les personnes n’ont pas à confirmer leur admissibilité lors de la première rencontre auprès des SOPDI.

Du point de vue de la déficience sur le plan du développement, les SOPDI fondent la confirmation d’admissibilité sur des renseignements obtenus auprès d’un psychologue ou d’un associé en psychologie, généralement appelés « évaluation psychologique ». La documentation est examinée afin de confirmer que la personne répond aux trois critères suivants : le fonctionnement cognitif, le fonctionnement adaptatif et l’âge d’apparition de la déficience.

Voici une description détaillée de chacun de ces trois critères.

Fonctionnement cognitif

L’évaluation psychologique doit indiquer une note globale (Q.I. pour l’échelle complète) de deux déviations standard sous la moyenne, avec un écart type d’erreur, obtenues lors d’un test d’évaluation de l’intelligence normalisé, comme l’échelle d’intelligence de Wechsler pour adultes (W.A.I.S). Cela représente une note standard de 75 ou moins (attribuable à une erreur de mesure standard); à ou sous le 5e centile (attribuable à une erreur de mesure standard); ou des descriptions marquées, tel que « léger retard mental » (ou plus sévère.)

Lorsque le Q.I. pour l’échelle complète ne répond pas aux critères du fonctionnement cognitif, nous pouvons examiner certains indices ou la valeur sous-échelle. Lorsque le rapport d’évaluation psychologique confirme que le fonctionnement cognitif d’une personne se trouve à deux déviations standards sous la moyenne pour au moins deux sous-échelles lors d’un test d’intelligence normalisé ET que les antécédents démontrent que la personne a besoin d’un soutien habilitatif, ces résultats pourraient également satisfaire les critères de fonctionnement cognitif.

En dernier lieu, un psychologue ou un associé en psychologie peut en outre procéder à une détermination clinique que la personne démontre des restrictions cognitives sévères et que ses antécédents indiquent qu’elle a besoin d’un soutien habilitatif. Dans ces cas, nous pourrons confirmer que la personne satisfait les critères de fonctionnement cognitif. Cela peut comprendre des situations où une personne est incapable de participer au test, tel que confirmé par un psychologue ou un associé en psychologie.

Fonctionnement adaptatif

Lorsque la personne a satisfait les critères du fonctionnement cognitif, nous tournons notre attention vers le fonctionnement adaptatif, soit les aptitudes sociales, conceptuelles et pratiques. On compte notamment au nombre des aptitudes pratiques les activités du quotidien, les compétences liées au travail et la capacité de s’intégrer à la collectivité. Les aptitudes conceptuelles sont, entre autres, le langage, la lecture et l’écriture, la capacité d’utiliser de l’argent ainsi que la notion du temps et les concepts numériques. Les aptitudes sociales comprennent les compétences interpersonnelles, l’estime de soi, la responsabilité sociale et la résolution de problèmes.

Au moment d’évaluer la documentation pour le fonctionnement adaptatif, une évaluation psychologique exigera souvent le recours à un test tel celui de l’Échelle de comportement adaptatif de Vineland ou les Échelles de comportement indépendant. Lors de ces études, nous recherchons une note résultante d’au moins deux déviations standard sous la moyenne, avec un écart d’erreur standard sur le plan des compétentes pratiques, sociales et conceptuelles (ou l’équivalent). Cela correspond à une note standard de 75 ou moins, sous le 5e centile, ou des descripteurs cliniques de sévérité équivalents à ou en relation avec l’âge.

Dans certains cas, nous pourrions également recourir à d’autres types de documentation ou d’information afin de confirmer qu’une personne répond aux critères de fonctionnement adaptatif pour son admissibilité aux services. Cette évaluation serait fondée sur les constatations d’un psychologue ou d’un associé en psychologie.

Âge de l’apparition de la déficience

En dernier lieu, les SOPDI doivent confirmer que les restrictions en matière de fonctionnement cognitif et adaptatif étaient présentes avant l’âge de 18 ans. Il existe plusieurs raisons pour lesquelles une personne présente des aptitudes adaptatives limitées. Des troubles graves de santé mentale, des troubles d’apprentissage, un traumatisme crânien ou certains troubles médicaux peuvent avoir contribué à un handicap adaptatif sévère. Toutefois, une personne doit avoir une déficience du fonctionnement cognitif et adaptatif profonde, constatée avant l’âge de 18 ans, pour être admissible aux services et soutiens offerts aux adultes ayant une déficience intellectuelle.

février 2018